Avant tout ne pas nuire ?

Genopole d’Évry ou le vivant transformé en Lego

Le Genopole d’Évry-Courcouronnes (91) est le premier campus consacré aux « biotechnologies » en France. Sur place, des scientifiques et des entrepreneurs s’affairent à comprendre et intervenir dans le fonctionnement génétique et cellulaire du vivant. Les promesses de « décarboner l’économie » ou de soigner des maladies ouvrent des perspectives économiques majeures. Les questions sociales et philosophiques sont, elles, abyssales. Enquête.

Mise en boîte ou mise en bière ?

Bouquinistes : une victoire olympique qui cache une défaite touristique ?

Le bouquinistes ont gagné. Les boîtes vert wagon, composante essentielle du paysage parisien, ne seront pas démontées pour la cérémonie d’ouverture des JO. Si la menace olympique a été repoussée, il en demeure une autre, plus insidieuse et fondamentale : une portion grandissante des bouquinistes, se pliant à la massification touristique, tend à se transformer en marchand de souvenirs. À la faveur de cette épisode, certains du métier ressortent avec une certitude : il faut défendre le livre par-delà les JO.

Le capitalisme à l'affût des forêts

Puits de carbone, mines de bois ou refuge naturel, quel avenir l’ONF réserve-t-il à la forêt francilienne ? [N°12]

Alors que les forêts franciliennes étaient jusqu’à présent largement épargnées par la sylviculture intensive, l’Office national des forêts, chargé de la production de bois et de la sauvegarde des massifs, favorise les conditions de son industrialisation en déboisant des chemins d’accès pour de gros engins sylvicoles. La hausse des coupes couplée à la promotion par les pouvoirs publics du bois-énergie1, considéré à tort comme « zéro émission de CO2 », exerce une pression grandissante sur les forêts. Une partie de la société civile s’en inquiète et défend leur rôle de « puits de carbone » indispensable pour faire face au changement climatique.

Entretien

Entretien avec Jean-Marie Brohm : « Presque plus personne ne critique l’idéologie et la pratique sportive » [N°11]

Jean-Marie Brohm est professeur émérite de sociologie à l’Université Montpellier III. Notamment inspiré par la Théorie critique allemande (Adorno, Horkheimer, Fromm, Marcuse), les situationnistes et la psychanalyse, il est l’initiateur de la « Théorie critique du sport » en France dans les années 1960. Une critique sans concession qu’il va déployer dans de nombreux ouvrages et des revues :Partisans, Le Chrono enrayé ou Quel Corps ? Pour Le Chiffon, il revient sur quelques points essentiels de son œuvre. Invitation à redécouvrir ce pan aussi fécond que marginalisé de la réflexion sur le sport.

Assistanat technologique

Sport et science : data, prêts… partez ! [N°11]

Quand gagner des médailles devient un enjeu de politique internationale, la compétition se joue aussi dans les laboratoires de recherches. Le corps des athlètes, évalué paramètre par paramètre, est perçu comme un assemblage de données stratégiques. Mais qui concourt alors, si les épreuves n’opposent plus seulement les sportifs, mais les moyens dévolus à leur « optimisation » ? Quelle sont les conséquences de cette idéologie du corps sur une politique plus générale de la santé ? Les petits rats du Chiffon se sont faufilés dans le laboratoire de la fabrique des champions.

Tourisme mondialisé

Transformations de l’Île de la Cité, Paris malade en son cœur ? [N°10]

Sur l’île de la Cité, la présence des institutions publiques s’affaiblit. À l’inverse, comblant les vides laissés par ces départs, le tourisme ne cesse de prendre de l’ampleur. Les projets d’aménagement publics et privés concourent largement à cette dynamique, transformant le cœur historique de la métropole parisienne en un écrin, une vitrine. Enquête.

Numérite chronique

La Courneuve : plongée dans le monde très matériel du plus grand data center de France [N°10]

L’annonce a de quoi faire son effet : La Courneuve va héberger un vaste centre de données (« data center ») voué à devenir le plus grand de France. Le tout s’accompagne de la création d’un parc d’un hectare et d’un système de récupération de la chaleur des machines, destinée à alimenter le réseau de chauffage de la commune. Et dans ces machines : le stockage et le traitement d’une extraordinaire concentration de données numériques.
Plongée dans la matérialité du réseau.

Safer à quoi ?

Vers le remembrement 4.0 du foncier agricole ? [N°9]

Dans les cinq prochaines années, les départs à la retraite d’agriculteurs seront massifs. Près d’un quart de la superficie agricole francilienne devrait changer de propriétaire, laissant l’opportunité à une nouvelle génération de s’installer. En embuscade, des sociétés financières lorgnent sur ces terres nourricières afin de constituer de vastes fermes-usines intensives. L’autorité de régulation de l’attribution du foncier ayant subie un détricotage législatif, elle se retrouve désarmée. En pleine élaboration de la nouvelle loi d’orientation agricole, il y a pourtant urgence.

Le fétichisme de la logistique

Marché de Rungis : Comment la logistique remplit nos assiettes [N°9]

Le Marché d’intérêt national (MIN) de Rungis, tout le monde connaît. Enfin, tout le monde en a entendu parler. Peut-être avez-vous vu ces reportages où la caméra zieute les arrivages des meilleurs homards, agneaux et autres fruits exotiques, tout en célébrant l’excellence culinaire de la gastronomie française. Plutôt que vous rejouer cette sérénade, on va plutôt chercher à comprendre comment la logistique industrielle du « plus grand marché alimentaire du monde » influence l’organisation de l’agriculture dans la région, et par-delà.

Addiction au rail

CDG Express contre RER B : jeu de dupes sur le réseau francilien ? [N°9]

Novembre 2022 : en catimini, les premières rames du Charles-de-Gaulle Express sont livrées…très en avance puisqu’elles ne seront mises en service qu’en 2027. Destiné aux 17 000 passagers aériens quotidiens, ce petit TGV urbain flambant neuf doit assurer une liaison directe entre l’aéroport de Roissy et la gare de l’Est. Un trajet réalisé en 20 minutes moyennant un billet à 24 euros, dissocié du passe Navigo. Pendant ce temps, un million de passagers quotidiens sont comprimés chaque jour dans les rames trop peu nombreuses et vieillissantes du RER B.

Vous avez dit greenwashing ?

L’électrottinette est-elle « écolo » ? [N°8]

Le 4 avril 2023, les Parisiens sont invités à voter pour le maintien ou le retrait des 15000 trottinettes électriques en libre-service de la capitale. « Ce n’est pas écolo », affirme Mme Hidalgo ; c’est « écologique », répond le ministre des Transports. Voilà l’occasion d’éclairer le débat sur les prétendues vertus écologiques de la « micro-mobilité » et ses formidables perspectives de croissance verte…

Réappropriation

Autoréparation : les femmes veulent maîtriser la chaîne du vélo [N°8]

Les franciliennes osent. Elles osent rouler à toute berzingue au milieu de la piste cyclable. Peut-être même lâcher une main, ou deux, lorsqu’elles sentent que c’est jouable. Mais ce n’est pas tout. Celles qui conduisent le bolide veulent maintenant en ouvrir le capot. Depuis plusieurs années déjà, les femmes investissent les ateliers d’autoréparation collaboratifs, pour apprendre à réparer par elles-mêmes. Une démarche militante qui passe par l’organisation d’ateliers réservés aux femmes. Et par l’aménagement de ceux partagés avec les hommes. De quoi faire couler beaucoup d’encre. En juin 2021, Aurélien Veron, élu au Conseil de Paris, épinglait la mairie sur son compte Twitter, l’accusant d’abord de financer et promouvoir « la ségrégation à Paris », puis « les invitations à la discrimination ». En cause : le référencement d’ateliers exclusivement féminins sur le site internet de la ville. On a donc voulu aller voir de plus près ce qu’il en est…

Autonomie alimentaire et solidarité

Reprise de terres par les migrants : la relève paysanne est là ? [N°7]

Faciliter l’installation d’exilés sans-papiers qui voudraient pratiquer des métiers agricoles ou artisanaux en campagne ? C’est l’horizon que se donne une constellation de collectifs réunis pour la première fois en septembre 2022 lors d’un chantier de « reprises des savoirs », organisé dans plusieurs lieux de la région. Le Chiffon y était pour vous et vous raconte ces rencontres : dans un contexte de départs massifs à la retraite des agriculteurs, d’une remise en question de l’agriculture industrielle et d’une montée de l’extrême droite, les enjeux sont colossaux. Reportage.

Salle de sport et biscoteaux

La culture physique, un business en pleine forme ? [N°7]

« Faire du sport », cette résolution arrive en tête des engagements de 34% des Franciliens1. Pour tenir le cap, et se forger un physique valorisable sur le marché social, certains d’entre eux décident de s’inscrire dans une fabrique de leur corps. Ils ont l’embarras du choix : près de 1 000 salles de sport sont désormais recensées dans la région. Une prolifération qui a surpris vos chiffonniers. Allons donc nous muscler les mirettes.

Heurs et malheurs du tractopelle

Destruction d’une carrière de craie à Meudon, c’est vraiment le comble ! [N°6]

Il n’y a aucune raison sérieuse qui justifie le comblement de la moindre galerie de la carrière Arnaudet de Meudon. Pourtant, la mairie martèle un seul et unique argument : risque imminent d’effondrement généralisé. Face à cette affirmation monolithique, les opposants au projet en ont des tonnes, d’arguments, de quoi combler toutes les attentes, tous les désirs !

Grand prurit express

Le «Grand Paris» : ennemi n°1 des écologistes d’Île-de-France ? [N°6]

La ligne 18 du métro Grand Paris Express, « colonne vertébrale » du Grand Paris, attire la farouche opposition des habitant.es, des agriculteur.ices et des activistes écolo. A « Zaclay », le terrain est déjà occupé depuis plus d’un an. Et ça bouge aussi ailleurs ! Une coordination de mouvements à l’échelle francilienne se construit contre l’ennemi commun du Grand Paris.

Apprendre et s'émanciper

40 ans de lycée autogéré à Paris : « Ce lieu m’a sauvé la vie ! » [N°6]

Quarante ans déjà que le Lycée Autogéré de Paris (LAP) a ouvert ses portes. Durant cette période, des milliers d’élèves et des centaines de professeurs se sont engagés pour participer à ce projet expérimental. Pourquoi ont-ils décidé de quitter l’enseignement traditionnel ? Qu’est-ce que ce lycée a de si spécial ? De quelle manière les élèves ont-ils appréhendé le bac Blanquer 2022 ? Reportage.

Portraits chiffonesques

Jaber ou l’art d’être insaisissable dans Paris [N°5]

J’ai écrit cet article en souvenir de la casquette que Jaber m’a offerte un jour, une casquette ramassée sur une poubelle, poubelles qui offrent des matières premières inestimables pour créer de ci, de là. Comment ça je m’égare ? Tu me demandes un chapô et je t’offre une casquette ! ?
Et la question est : faut-il aujourd’hui garder la casquette ? Ou la laisser voguer sur l’une des barques peintes par Jaber rue de Ménilmontant ? Il y a aussi sur cette fresque, une femme avec une baguette sur la tête comme celles que Jaber a fabriquées lorsqu’il était boulanger, et en pétrissant le pain, la pâte devenait poisson, âne, oiseau, fleurs… Et Coluche devenu un habitué de cette boulangerie lui a donné le goût du saltimbanque :
bon là ça va ? Tu le lis l’article ?
Premier épisode de notre nouvelle rubrique : Portraits chiffonesques.

Joie du mutualisme

Les mutuelles de fraudeurs, à Paris et ailleurs : combat pour la gratuité du métro [N°5]

Largement méconnues, les mutuelles de fraudeurs ont fleuri un peu partout dans les métropoles du monde entier ces trois dernières décennies. Leur but ? L’auto-organisation et l’action non-violente (et discrète) contre des aspects dégoûtants de la vie en métropole : le tri, le contrôle des usagers de transports et la stigmatisation de ceux qui ne peuvent payer. Retour sur ces expériences qui pourraient dessiner des horizons d’action.

Informatisation

Fin du ticket de métro à la RATP : vers quoi nous mène l’informatisation de la billettique ? [N°5]

Vous le savez peut-être déjà : le ticket de métro tire sa révérence. Après 122 ans de service, le ticket magnétique est abandonné au profit des cartes à puce et du paiement par ordiphone. Peut-être y verrez-vous une disparition anecdotique ou seulement symbolique. Et que le progrès technologique, faute de pouvoir l’arrêter, doit bien continuer de creuser son sillon ! Mais cela va bien au-delà : c’est un monde, une philosophie, une manière d’être qui s’estompe insensiblement. Le tout au profit d’un outil gestionnaire qui multiplie les possibilités de surveillance des populations. A ceux qui verraient en nous des âmes tourmentés par un nouveau mal du siècle nécessairement rétrograde, nous tâcherons ici de montrer que cette disparition participe de l’approfondissement d’une société à questionner : celle du tout numérique.

Balayer devant sa porte

Qui va cracker aux Quatre-chemins ? L’impasse des mobilisations habitantes [N°4]

Bientôt 30 ans que dans le Nord-Est parisien, l’on déplace, évacue et disperse, pour à nouveau rassembler et reléguer les personnes les plus dépendantes au crack. Il ne s’agit jamais de répondre aux besoins de ces individus marginalisés mais d’apaiser les mécontentements des riverains. Aux Quatre-Chemins, un mur a même été construit pour prévenir la contestation des habitants de ce quartier populaire. Ce dispositif autoritaire fonctionne-t-il ? Enquête sur le terrain.

Disney palette

Les tiers-lieux et friches culturelles : qu’est-ce qui cloche ? [N°4]

« LES TIERS-LIEUX SONT DÉJÀ LE MONDE D’APRÈS », voilà ce qu’explique une tribune publiée en ligne en mai 2020 sur Enlarge Your Paris et signée par une vingtaine de tiers-lieux parisiens. Fort du rôle qu’ont joué certains d’entre eux durant l’épidémie de COVID, ils sont désormais dans toutes les bouches et parés de toutes les vertus : résilience, inclusivité, créativité, solidarité, sociabilité, productivité, etc. Aujourd’hui, la machine connaît un engouement tout particulier qui embarque dans ses rouages citoyens, associations, entrepreneurs, propriétaire fonciers, collectivités territoriales, État. Alors, tout est beau au pays des tiers-lieux ? On dirait que quelque chose sonne faux… et on va tenter de vous expliquer pourquoi.

Duplicité urbaine

Le Point Fort d’Aubervilliers : le tiers-lieu de la gentrification ? [N°4]

La future piscine d’entraînement pour les Jeux Olympiques 2024 qui a d’ores et déjà détruit une partie des Jardins Ouvriers d’Aubervilliers n’est que la pointe émergée de l’iceberg de l’aménagement urbain dans le secteur nord de la ville, celui du Fort d’Aubervilliers. Un écoquartier sortira de terre dans les prochaines années. À l’intérieur du fort une friche culturelle, le Point Fort, ouverte en décembre 2021, préfigurant la vie nocturne du nouveau quartier. Une opération publicitaire qui masque la gentrification ?

Mégot et attrape-nigaud

Incendie de Notre-Dame. Enquête sur un mensonge d’État [N°3]

Voilà déjà deux ans et demi que Notre-Dame a brûlé. Beaucoup d’encre a coulé entre-temps sur le sujet – et pourtant : les mensonges du gouvernement sur les causes et la gestion de l’incendie sont encore dans toutes les têtes. Le premier d’entre-eux : l’incendie aurait commencé à cause de mégots jetés par des ouvriers peu disciplinés. Faux. Le Chiffon révèle les coups de com’ pas très catholiques du gouvernement, qui a repoussé la faute sur les travailleurs pour faire fonctionner leurs assurances, et explique les véritables causes de l’incendie. Un bon coup de chiffon pour faire reluire quelques faits cachés qu’on préfère nous taire…

Vertu de l'auto-organisation

Laboratoire écologique zéro déchet : «  Avec nos actions de récup’ on ramasse la merde du capitalisme » [N°3]

Lieu singulier dans la banlieue parisienne, le laboratoire écologique zéro déchet expérimente à Pantin (93) des pratiques de récupération d’aliments, de vêtements et de matériaux divers qu’il redistribue à une population dont la misère ne s’est qu’accrue avec la pandémie. Une démarche salutaire que ne cesse pourtant de questionner le collectif qui habite les lieux. La récupération sous ses diverses formes ne conforte-t-elle pas la logique du capitalisme ? La société industrielle n’a-t-elle pas éminemment besoin de ces lieux de récupération ? Reportage.

La vie des autres...

Des méduses à l’assaut de Paris. Vers une ville-aquarium ? [N°3]

Ces dernières années, quelques dizaines de micro appelés sobrement « méduses » ont été installé dans les rues de Paris par une association du nom de Bruitparif. Son but ? Développer une cartographie sonore de la capitale et s’imposer, entre autre, comme une technologie de régulation des conflits de voisinage. Ces « méduses », bien plus urbaines que marines, sont amenées à se développer largement à l’avenir. Elles posent pourtant de profondes questions sur l’usage policier qui pourrait en être fait et sur la technologisation de la vie au cœur de la « Métropolis » qu’est Paris.

Politique de l'Autruche

La bataille du Vexin contre l’industrie cimentière [N°2]

Dans le Parc naturel régional du Vexin (Yvelines) se livre une rude bataille depuis maintenant plus de deux décennies. Le cimentier français Calcia souhaite étendre sa carrière de calcaire afin de poursuivre son activité historique dans la région pour un siècle supplémentaire. Depuis, plusieurs rebondissements sont venus perturber les projets de l’Etat. Reportage au nord du Mantois, sur un territoire aussi désindustrialisé que combatif.

Une ville-gruyère

L’affriolante anarchie des catacombes parisiennes [N°2]

J’en ai marre. Paris, c’est beau, ça gueule, ça vit… mais parfois, j’en ai juste marre. Marre du brouhaha dans les quartiers animés, marre du silence qui entoure les quartiers luxueux, ennuyeux et révoltants, marre même d’être révolté, bref, marre de Paris. Quand c’est comme ça, je prends des vielles fringues, quelques bougies, et c’est parti : je m’en vais faire un tour dans les catacombes.

Urbanisme

Les friches ferroviaires : vers des forêts de béton [N°1]

A Paris, parmi les derniers espaces urbains libres, il y a les friches ferroviaires. Dans le cadre du Grand Paris, ces dernières sont en train
d’être bétonnées et marchandisées, pour accueillir logements, bureaux
et commerces. Alors que Paris se dépeuple, alors que Paris est la métropole la « moins verte du monde », alors que les logements vacants n’ont jamais été aussi nombreux dans la capitale, les aménageurs et autres politiciens poursuivent la construction immobilière à tout crin, au nom de l’écologie. Enquête sur l’absurdité en cours.

Lutte

La clef : Heurs et malheurs du dernier cinéma associatif de Paris [N°1]

La Clef, c’est ce cinéma associatif – le dernier de Paris ! – fondé en 1973 dans le 5e arrondissement, dans l’émulation Post-68 . Propriété du Comité d’entreprise de la Caisse d’Épargne, ce dernier souhaite le mettre en vente. Le risque : que ce lieu de culture alternative disparaisse, tout bonnement. Alors quelques lurons ont décidé de se battre et d’occuper les lieux. Reportage.

Disperser... ventiler.

Nanterre pas ton sport ! Un match avec les supporters de la JSF Nanterre [N°1]

Un petit rat s’est faufilé dans les tribunes du Palais des Sports
Maurice Thorez, à Nanterre, aux côtés de la Mafia Kop Vert. Ce groupe
de supporters de l’équipe de basket locale montre que le sport est un moment de convivialité et de rencontres pour tous, mais il semblerait que cette réalité s’estompe à l’heure où les grands clubs parisiens vendent à prix d’or leurs places en tribune…

Densifier et étouffer

Le TEP Ménilmontant : peut-on opposer lutte sociale et écologiste ? [N°1]

Dans le XIe arrondissement de Paris, une résistance s’organise depuis plusieurs années contre le lancement d’un projet immobilier sur un ancien terrain d’éducation physique. Face à l’échec des recours juridiques, le combat devient rapidement politique… et musclé. Les machines de chantier qui débarquent au début du mois d’avril 2019 sont bloquées par les opposants qui, dans la foulée, occupent le terrain et en font un nouveau lieu de vie. Cette lutte, bien que souvent qualifiée de « petite bourgeoise », semble rendre caduque l’opposition binaire entre lutte sociale et lutte écologiste. Reportage.