Informatiser les champs

Le « campus agricole » Hectar : des satellites pour faire pousser des carottes

La France doit entrer dans une « nouvelle révolution de l’alimentation saine, durable et traçable ». Ce sont les mots d’Emmanuel Macron. À l’Élysée, le 12 octobre 2021, devant un parterre de quelques 200 chefs d’entreprises et d’étudiants, le président de la République annonce que sur les 34 milliards d’euros du plan « France 2030 », il en consacrera deux à des innovations dites de « rupture » dans l’agriculture. Selon lui, il faut « investir dans trois révolutions qui vont en quelque sorte être la suite de la révolution mécanique et chimique qu’on a connue : le numérique, la robotique, la génétique ».

Or, ce plan révolutionnaire était visiblement déjà en marche. Quelques semaines plus tôt, BFM Business annonçait l’ouverture d’Hectar, « Le plus grand campus agricole du monde », piloté par le milliardaire Xavier Niel, et Audrey Bourolleau, ex-conseillère de Macron aux questions agricoles.

Installé dans le parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse dans la commune de Lévis-Saint-Nom sur plus de 600 hectares, Hectar est à la fois un organisme de formation privé, une exploitation agricole, un centre de séminaires, une ferme laitière, un espace de co-working et un accélérateur de start-up. La chambre d’agriculture, la Fédération Régionale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FRSEA) et les Jeunes Agriculteurs d’Île-de-France s’interrogent sur « la finalité idéologique du projet » et titrent dans un communiqué de presse du 3 mars 2021: « Avec  « Hectar », on n’a pas tout compris! » Curieusement, nous non plus. C’est pourquoi deux petits rats du Chiffon ont décidé de mettre leur nez dans cette affaire.

 

Drôles de formations…

Quelles sont exactement les formations délivrées par ce « campus » ? Au menu est proposé « Agritech IA », un programme en intelligence artificielle proposé par l’École 42, ou encore « Bootcamp Get Into Farming1» , formation gratuite de seulement cinq semaines dispensée par Inco à destination de personnes « éloignées de l’emploi. » Le profil des intervenants détaillé sur le site ne semble pas s’adresser à de futurs agriculteurs : « Formateur.rice en développement personnel, coach en insertion professionnelle, experts métiers agricoles ». En épluchant le programme, on tombe sur des formules de ce type « Mardi: Travail en autonomie – groupe: réaliser un herbier ». Ce « bootcamp » (dont 100h, sur les 150 annoncées, correspondent à du travail personnel) a reçu une subvention de 200 000€ du Conseil Régional d’Île-de-France. La seule formation réellement délivrée par Hectar et qui bénéficie des fonds de la formation professionnelle porte le sobriquet de « Hectar Tremplin ». Elle dure 5 semaines dont seulement 2 jours sur place (sur 108h, 41h de travail à réaliser en autonomie) et contrairement à la gratuité annoncée dans les médias, celle-ci coûte la modique somme de 2 500 €.

 

Et ce n’est pas tout. En analysant la base de données des organismes de formations, nous découvrons qu’Hectar fait partie des 0.008% établissements qui déclarent plus de formateurs que de stagiaires, avec 56 formateurs pour 42 stagiaires. Pour couronner le tout, l’ensemble de ces cursus ne délivrent ni diplôme, ni formation qualifiante. Le campus d’Hectar serait-il une coquille vide ? Si l’objectif annoncé officiellement est d’attirer massivement vers la filière en formant 2 000 jeunes par an, nous sommes loin du compte.

Hectar se serait-il servi de l’étiquette d’école pour implanter son activité principale : l’incubation de start-up ? Le directeur d’Hectar n’est autre que Francis Nappez, le cofondateur de Blablacar, rien d’anecdotique à cela. Appuyé par l’Écoledes Hautes Études Commerciales (HEC), l’accélérateur d’HEC-tar a déjà incubé 26 start-up et projette d’en accompagner 80 pour les deux prochaines années. Sur LinkedIn, l’une d’elles présente son activité ainsi : « RGX met l’intelligence artificielle au service des viticulteurs grâce à des caméras intelligentes embarquées sur agroéquipement ». Les start-up bénéficient d’un suivi de 18 mois mais le véritable intérêt est l’accès au réseau qui s’ouvre à elles.

Des caméras dans les champs : le numérique a horreur du vide

 

Lors d’une visite surprise à Hectar, nous avons rencontré Karim, élève de l’école 42 qui nous explique qu’ici, il : «Programme un nouvel outil qui, à l’aide de caméras, offre la possibilité à l’éleveur de détecter à distance des comportements anormaux chez les vaches ». À partir de bases de données établissant le comportement standard des vaches, Karim cherche à créer un algorithme d’intelligence artificielle capable de repérer des comportements « dysfonctionnels » et d’en alerter l’éleveur via une application reliée à son smartphone. Une multiplication de caméras qu’il faudra bien alimenter en énergie. Pour cela, Karim planche sur l’installation de panneaux photovoltaïques dans les prés.

L’enseignement agricole, une stratégie défaillante de l’État ?

L’émergence d’une « Business School agricole » dans un contexte de baisse drastique des moyens de l’enseignement agricole, a soulevé des réactions très critiques, notamment de la part des syndicats du secteur. « La situation est telle que pour ouvrir une nouvelle filière dans un établissement, il faut en fermer une autre », peut-on lire dans un rapport du Sénat sur le Projet de loi de finances pour 2021. Dans le cadre dela mission Enseignement agricole : l’urgence d’une transition agro-politique, la vice-présidente du Sénat conclut, à propos d’Hectar : « Les carences du pilotage stratégique de l’État ont ouvert un espace à d’autres acteurs de formation ». La naissance d’Hectar relèverait donc de l’articulation entre casse de l’enseignement agricole (privé comme public) et dérégulation de la formation professionnelle 2. Il serait en effet naïf de penser que la création d’Hectar est décorrélée de cette situation plus que favorable à la formation professionnelle privée, quand on sait que Bourolleau a coordonné le groupe agriculture et alimentation de la campagne LREM 2022 et élaboré les orientations du programme agricole du nouveau quinquennat.

 

Hectar : le dessous des cartes

Le rapport du Sénat mentionne également que la mission d’information a souhaité auditionner A. Bourolleau sur son établissement mais que celle-ci a refusé à plusieurs reprises de s’exprimer devant les sénateurs, préférant manifestement déployer, selon leurs termes, une « communication idéalisée » et « maîtrisée dans certains médias ». Revenons sur les faits : Audrey Bourolleau a bien conscience que s’insérer dans un contexte agricole francilien sous tension n’est pas une mince opération. Les terres du bassin parisien sont autant fertiles que prisées et la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) est un acteur puissant qu’il ne faut pas se mettre à dos. Son profil de femme proche des sphères du pouvoir et des milieux d’affaires n’a rien pour plaire aux agriculteurs historiques. La Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural (Safer) finit pourtant par lui octroyer le domaine sous la pression de la maire du village, Anne Grignon, et de Jean-Noël Barrot, député LREM des Yvelines promu depuis3: « Nous sommes même allés jusqu’à l’Élysée pour attirer l’attention des plus hautes sphères de l’État sur le sujet ».

Au total, le binôme Niel/Bourolleau a investi 23,5 millions d’euros pour racheter le domaine et lancer Hectar. Pour légitimer cet entrisme et s’intégrer au sérail, Bourolleau doit stratégiquement se présenter comme cheffe d’exploitation ; ce qu’elle ne manque pas de faire avec sa ferme laitière en éco-pâturage : vitrine verte très présente dans sa communication. De son côté, entre Station F, École 42, Hectar et ses liens privilégiés avec HEC, l’homme d’affaire Xavier Niel assoit son empire sur les futures licornes de la « tech » tout en mettant la main sur les juteuses données de l’agriculture. Son ambition s’était déjà portée sur la distribution en rachetant Gamm Vert et Jardiland au groupe InVivo début 2021 ; Hectar permet à Niel de déployer un véritable monopole dans le secteur de l’alimentation.

Si l’urgence est de répondre au départ à la retraite de 160 000 agriculteurs d’ici 5 à 10 ans, ce qu’Hectar promeut ne sera jamais à la hauteur de la relève attendue. Afin de mieux comprendre cette situation critique, un petit retour sur l’histoire de notre agriculture s’impose.

 

Histoire d’un « ethnocide paysan

 

La France ne compte plus que 400 000 exploitations agricoles. Nous sommes passés de 70% de la population agricole
active totale en 1789 à 1,5% en 2019. La Première Guerre mondiale ayant fauché une grande partie de la force de travail paysanne, les industries de guerre, par effet d’aubaine, se reconvertissent dans la production de machines agricoles pour pallier le manque de main d’œuvre et produire massivement afin de nourrir en urgence la population encore sous rationnement au lendemain du conflit. En moins de trois ans, la France par- vient à produire suffisamment pour nourrir sa population et poursuit tout de même l’industrialisation.

On passe de 120 000 tracteurs en 1950, à 950 000 en 1963. Afin de faciliter le travail des machines, les gouvernements successifs imposent le remembrement des terres malgré la résistance de nombreux paysans. Les haies et bocages sont abattus et l’usage des engrais et pesticides se répand massivement pour soutenir un modèle de mono-culture intensive. La complexité des machines agricoles entraîne une perte de compétences, de qualifications artisanales et de lien sensible à la terre.

« L’arrivée de la machine conditionne tellement d’aspects du système productif des fermes que son retrait n’est plus même envisageable ».

Si 80% des fermes du pays faisaient moins de 20 hectares en 1960, la moyenne est aujourd’hui de 70 hectares.
Désormais, des fonds d’investissement et des grands groupes se retrouvent à la tête de fermes usines de plusieurs milliers d’hectares. L’agriculteur est enserré dans de multiples relations avec les entre- prises d’amont et d’aval : semenciers, fournisseurs d’engrais, distributeurs, etc. L’accès aux marchés devient le problème majeur des agriculteurs et ne leur reste bien souvent que la fonction de production, dont les marges sont faibles.

Dès lors, on achète des machines à crédit ce qui oblige à produire plus, donc à s’agrandir et s’endetter à nouveau en achetant des machines plus puissantes encore. Cette boucle infernale conduit certains agriculteurs au suicide4. L’arrivée de la machine conditionne tellement d’aspects du système productif des fermes que son retrait n’est plus même envisageable. C’est ce qu’on appelle un verrou socio-technique. Là où les hommes disparaissent, la machine s’impose inéluctablement ; à moins que ce ne soit la machine qui ne fasse disparaître les hommes ? Demain, en structurant les filières, la robotique et l’intelligence artificielle se rendront à leur tour incontournables.

 

Que la transition écologique soit, et la transition numérique fut

« La tech est clairement une alternative écologique au monde agricole d’aujourd’hui », avance Christophe Hillairet,
président de la Chambre d’agriculture de la Région Île-de-France. Mais d’où vient cet engouement pour le numérique à l’endroit de l’écologie ? C’est que le monde politique et financier croit en un possible « découplage » entre croissance économique et consommation de ressources et d’énergies. La « transition numérique » est considérée comme le principal levier de cet hypothétique découplage et donc comme la seule solution au « problème » écologique. En 2021, une note de l’Agence Européenne pour l’Environnement conclut pourtant : « À l’échelle mondiale, la croissance n’a pas été découplée de la consommation de ressources et des pressions environnementales, et il est très peu probable qu’elle le devienne5». La note recommande même de s’inspirer d’alternatives comme la décroissance et, avec un brin de provocation, du modèle Amish.

 

Pourquoi un tel aveuglement collectif ? Historiquement, la quantification de l’impact socio-écologique du numérique a été opportunément restreinte6 : les effets rebonds7 et autres changements de comportements n’ont pas toujours été considérés alors qu’ils sont très conséquents et entrainent une consommation toujours plus effrénée de matières premières. En 2021, dans un rapport alarmant, l’as- sociation Systex composée majoritairement d’ingénieurs géologues et miniers, conclut : « L’industrie minière se caractérise par un modèle intrinsèquement insoutenable. Dans un contexte de diminution des teneurs et de raréfaction des gisements facilement exploitables, ce modèle sera nécessairement à l’origine d’une augmentation exponentielle de la consommation d’eau et d’énergie, ainsi que des impacts environnementaux et sociaux».

Concrètement, la finalité réelle de la numérisation est-elle vraiment l’écologisation (processus de prise en compte de l’écologie) dans l’agriculture ? Dans sa thèse, la sociologue Jeanne Oui met en lumière la subordination de l’écologisation numérique aux objectifs productivistes : « Les nouvelles données servent davantage à optimiser les processus de production [économique] qu’à garantir la protection des écosystèmes [biologiques]. » Ce mécanisme convertit l’écologisation en opportunité commerciale, ouvrant un nouveau marché pour les entreprises de services numériques. Le numérique est finalement un relais, sinon LE relais de croissance contemporain, indispensable au capitalisme dans sa course à l’accumulation.

Langue de bois et enfumage

Or, assurée de soutiens politiques et médiatiques, la stratégie de séduction de Bourolleau est de déployer une vision entrepreneuriale en prétendant sauver l’agriculture française. Hectar n’hésite pas à se présenter comme un acteur de rupture sans pour autant remettre en cause le système agro-industriel responsable de 19% des émissions françaises de Gaz à effet de serre (GES), et qui fait de la France le 3e consommateur mondial de pesticides. Porté par le capital et le gouvernement, ce nouveau modèle agricole s’évertue à supplanter le récit agroéco- logique défendu par une base citoyenne tout en s’appropriant ses éléments de langage.

Le sociologue Christopher Miles analyse les stratégies rhétoriques et discursives visant à faire passer « l’agriculture de précision » pour une transformation révolutionnaire : « Moins qu’une révolution, c’est une évolution pour consolider et intensifier le système agricole conventionnel responsable de la plupart des problèmes sociaux et environnementaux que l’agriculture de précision est censée résoudre8».

Sur le site internet d’Hectar, on passe de « séminaires au vert » à des « animations conviviales de team-building (simulateurs de tracteurs) » dans un mélange d’anglicismes hérités du management anglo-saxon et des bancs d’HEC. Et lorsque Bourolleau assimile sans complexe agriculture robotique et agroécologie, nous ne pouvons nous empêcher d’y sentir une formule éco-blanchissante (greenwashing). Le rapprochement est incongru, mais la langue managériale a cette capacité désarmante de renverser le sens des énoncés.

 

De la ferme à la firme

Dans Reprendre la Terre aux Machines, l’Atelier Paysan alerte sur l’absence actuelle de mouvement populaire pour une démocratie alimentaire. Les alternatives paysannes ne suffiront pas face à la puissance de frappe de l’agro-business dont Hectar est la figure de proue dans la région. Comment s’opposer à un monde productiviste lorsque l’imaginaire est d’ores et déjà colonisé par des satellites et des drones qui analysent nos sols, ou encore par des colliers numériques connectés pour vaches ?

Peut-être qu’Aurélien Berlan a raison lorsque, dans Terre et Liberté9, il analyse que la définition occidentale de la liberté s’est basée sur la délivrance des nécessités de la vie quotidienne dont la production de nourriture était le socle. Notre émancipation s’est reposée et repose encore sur le transfert de ces tâches à des classes sociales plus vulnérables ou à des prolétaires d’autres pays. Croyant trouver dans les machines une solution à cette domination sociale, notre fuite en avant technologique nous mène à l’exploitation généralisée du vivant et nous conduit dans l’impasse.

Au Rojava ou encore au Chiapas, cette idée d’une société du confort est politiquement combattue dans des mouvements contemporains qui construisent leur organisation post-capitaliste sur la subsistance et donc sur la nécessaire réappropriation des communs. Nous pourrions peut-être nous inspirer de ces mouvements pour refuser à notre tour l’exploitation des écosystèmes humains et non-humains et réaffirmer collectivement le droit des peuples à définir leurs propres politiques alimentaires.

Marcelle et Pierre Boulanger, journaliste pour Le Chiffon

Photo de Une – Capture d’écran du site internet du campus Hectar.
Photo 2 –  La start-up anglaise, Muddy Machines et sa « collecteuse d’asperge ». Cas typique d’innovation technologique récente dans le secteur agricole. Capture d’écran de leur site internet.
Dessin – Boug.

 

  1. En français : « Camp de formation : s’engager dans l’agriculture ».
  2. « Avec le Compte Personnel de Formation : l’avènement d’une logique marchande et désintermédiée », Coralie Perez, Savoirs 2019/2 (N° 50), pages 87 à 100.
  3. Il devient ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications le 4 juillet 2022.
  4. En 2015, la Mutuelle Sociale Agricole (MSA) recense le décès par suicide de 372 agriculteurs chefs d’exploitation (292 hommes et 80 femmes), soit un suicide par jour environ. Source : www.terre-net.fr
  5. « Growth without economic growth », note de l’Agence Européenne pour l’Environnement, 2021.
  6. « Que peut le numérique pour la transition écologique ? », rapport de G. Roussilhe, chercheur sur la question des impacts environnementaux du numérique, 2021.
  7. Exemple d’effet rebond : le rendement des moteurs est amélioré, on s’attend à ce que la consommation globale d’essence diminue mais elle augmente car on parcours plus de distance comme cela coûte moins cher.
  8. « The combine will tell the truth: On precision agriculture and algorithmic rationality », C. Miles, Big Data and Society, 2019.
  9. « Terre et Liberté », A. Berlan, La Lenteur, 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.