Enquête

Incendie de Notre-Dame. Enquête sur un mensonge d’État

Les rats de Notre-Dame et du Palais de Justice ne savent plus à quel saint se vouer. Il y a ce qu’ils ont vu cette terrible nuit du 15 avril 2019, ce qu’ils ont entendu dans les couloirs du Palais, ce qu’ils lisent dans la presse et ce qu’ils verront bientôt au cinéma. Ces sons de cloches sont tellement différents que même les grenouilles de bénitier – pourtant habituées aux histoires tonitruantes – en perdent leur latin. Comité de rédaction dans une cathédrale abandonnée avec visite des lieux du drame, lecture des rapports de police, suivis par un moment de détente avec les déclarations gouvernementales et les articles de presse.

Les causes de l’incendie sont extrêmement bien documentées. La pile de rapports commence 20 ans avant le drame quand la Commission nationale du patrimoine et l’Association « Sites & Monuments » alertent déjà sur le risque d’incendie. Après les attentats islamistes de 2015 s’y ajoutent des rapports sur un risque d’attentat qui arrive plus vite que prévu : le 4 septembre 2016 quatre femmes essayent de faire exploser des bonbonnes de gaz devant Notre-Dame.

Dans la foulée, le CNRS écrit un nouveau rapport pointant « la toiture en bois facilement inflammable » comme cible probable d’un nouvel attentat. La cathédrale est alors protégée par une ceinture de caméras de surveillance. Elles nous livrent des images on ne peut plus précises sur le départ du feu le 15 avril 2019 et démentent ainsi toutes les histoires inventées par le gouvernement qui circulent depuis dans la presse. La brigade criminelle, qui réussira même à retrouver des traces ADN sur les 7 mégots de cigarettes retrouvées, est formelle : c’est un accident, aucune trace d’attentat. Aucune intrusion sur le site le jour du drame, aucune personne présente sur les lieux au moment des faits, aucune trace d’hydrocarbure, etc. C’est ce qu’écrit le procureur de la république dans son rapport qui clôt l’enquête préliminaire le 26 juin 2019, avant que trois juges d’instruction lancent de longues enquêtes, qui restent sous les verrous jusqu’à aujourd’hui.

La raison de ce mutisme est simple : tous les rapports sont gênants pour les principaux responsables du drame, l’État en premier, l’église (le diocèse de Paris) et les pompiers (à Paris des militaires). Très gênants même, vu la médiatisation enflammée de l’incendie, qui a battu tous les records d’audimat : jamais un feu n’a été suivi en live par autant de personnes dans le monde, jamais il n’y a eu autant de tweets de sympathie de chefs d’État en live et jamais 100 000 personnes dans le monde entier ont versé en moins d’une semaine la somme inégalée de plus de 800 millions d’€ de dons pour une reconstruction. Parce que Notre-Dame est un symbole de Paris et de la France.

Guéguerre entre l’état et le diocèse autour d’un câble électrique

Donc si l’image de la France est en jeu, un simple incendie dans une église française – d’ailleurs le 18e en moins de 6 mois – devient une affaire d’état. Pour bien comprendre les coups de com’ gouvernementaux qui vont pleuvoir, il faut regarder de près les causes du feu que cette com’ délirante est censée faire oublier. Depuis la Loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905, les églises françaises appartiennent aux villes, et les cathédrales à l’État. Ce dernier est responsable de leur entretien et de leur exploitation touristique par le biais du ministère de la Culture. En 2019, l’année du drame, l’État français n’a dépensé que 18,82 millions d’euros pour l’entretien des 200 monuments à sa charge, dont 86 cathédrales. Pour la restauration des 14.100 monuments nationaux, il n’y avait que 71,8 millions d’euros. C’est peanuts, la restauration du toit et du chemin de ronde de Notre-Dame (en cours au moment du drame) coûtait déjà 60 millions d’euros, donc quasiment autant pour une église que prévu pour quatorze mille monuments en un an ! Puisque ni l’État ni la ville de Paris ne voulaient débourser plus que des broutilles pour Notre-Dame, ces travaux ont été principalement financés par les « Friends of Notre-Dame » américains. Thank you !

Beaucoup plus embarrassant encore : le fait que pour ces mêmes raisons de (non)financement, Notre-Dame n’avait plus de brigade de pompiers (à l’instar du Louvre, du château de Versailles, etc.). Celle-ci a tout simplement été supprimée dans le monument le plus visitée de France (12 millions de visiteurs en 2018) et remplacée par une « sécurité électronique ». Le contrat initial rédigé par le ministère de la Culture en 2012 stipulait : « deux personnes présentes 24h/24h ». Mais l’entreprise qui avait remporté l’appel d’offres, Elytis, avait fait fondre ces deux personnes jour et nuit en une seule de 8h à 23h (en réalité à 21h). Il n’y avait donc déjà plus aucune protection incendie la nuit pendant les attentats de 2015 et, surtout, pendant la rédaction des nombreux rapports de sécurité en 2016 ! Pendant la journée, un employé d’Elytis était assis dans le presbytère (petit bâtiment mitoyen de l’église) devant un panneau avec une centaine de détecteurs d’incendie d’une cathédrale qu’il ne connaissait pas. D’ailleurs on ne lui proposait pas de la visiter, car les rapports entre le ministère et le diocèse étaient exécrables.

« Les fidèles voient une bruine de suie noire descendre sur eux depuis la voûte. »

Nous ne suivons que le fil rouge qui a provoqué le départ du feu. Ce fil maudit avait 13 ans : installé clandestinement en 2006 par le diocèse pour faire sonner électriquement les trois petites cloches de la flèche pendant la messe (au lieu de le faire avec une corde). En 2012, un deuxième fil est ajouté pour électrifier trois cloches supplémentaires, cette fois-ci avec promesse de bien les enlever « avant la fin de l’année ». Mais cela n’a pas été fait et, surtout, jamais remarqué par aucun inspecteur venu en 2015 et 2016 voir de près cette « toiture en bois facilement inflammable ».

Ces fils électriques sont endommagés une semaine avant l’incendie lorsqu’on enlève les 16 sculptures monumentales de la flèche pour les emmener par hélicoptère dans un atelier de restauration. Un gros boulot, nécessitant des outils lourds comme des chalumeaux avec des bonbonnes à gaz – qu’on laisse la nuit sous les combles. Pour recharger les batteries, les employés d’Europe Échafaudage installent un boîtier électrique dans les combles. Sans en avertir le bureau de contrôle Socotec, qui ne le trouvera que des semaines après l’incendie – pour découvrir qu’il a été monté à l’envers et qu’il restait jour et nuit sous tension. Sans aucun doute le feu est parti de là, mais sans qu’on sache précisément s’il est parti du boîtier ou des fils électriques endommagés. A 18h04 – au moment où l’on a fait sonner les cloches électrifiées de la flèche.

Une heure pour trouver des échelles et de l’eau…

Ce lundi 15 avril 2019 – début de la semaine de Pâques, moment de la plus grande affluence de l’année liturgique – est assis devant le panneau des détecteurs de la cathédrale un jeune homme qui n’a jamais travaillé dans la protection incendie et qui n’a reçu aucune formation pour ceci. Ce n’est que son troisième jour de travail et personne ne lui a expliqué cet édifice fort complexe. Lorsque l’alarme retentit à 18h16, il est au sous-sol du presbytère avec un sandwich – compréhensible quand on arrive à 7h30 et qu’on est censé rester jusqu’à 21h30 sans pause repas. Il lui faut 2 minutes pour accourir de la cave et, dans la précipitation, il commet une erreur.

Alors que le détecteur indique « combles-nef-sacristie », il transmet au sacristain (assistant du prêtre) : « Alarme sous le toit de la sacristie » (l’annexe de l’église où les prêtres se changent avant la messe). Le sacristain y jette un œil et n’y voit rien. Un deuxième panneau identique avec exactement le même texte se trouve dans la sacristie. Mais aussi les sacristains – qui pourtant connaissent bien l’édifice depuis des années – ne comprennent pas qu’il s’agit d’un départ d’incendie dans les combles de la nef au niveau de la sacristie. À 18h21, l’alarme automatique se déclenche et la messe en cours est interrompue. Mais le sacristain annonce qu’il s’agit d’une ‘fausse alarme’ et la messe continue comme si de rien n’était.

À 18h30, les grandes sirènes se mettent en route et diffusent un message demandant d’évacuer l’église pendant que les fidèles voient une bruine de suie noire descendre sur eux depuis la voûte. Alors que le feu progresse depuis déjà 25 minutes, que tous les clignotants incendie sont au rouge et que les sirènes hurlent, toujours personne n’appelle les pompiers… Le sacristain décide d’aller regarder sous le toit de la nef et a besoin de 20 longues minutes avant de finalement appeler les pompiers à 18h51. Quand ceux-ci arrivent à 19h01, il est encore possible d’éteindre le départ du feu sous le toit – sauf qu’il faut des échelles et de l’eau pour cela.

Ce n’est qu’à ce moment qu’on s’aperçoit que les « colonnes sèches » installées pour propulser l’eau vers le toit sont trop étroites. On ne peut y envoyer que 200 à 500 litres d’eau par minute – alors qu’il en faudrait au moins dix fois plus. On commande un bateau-pompe et des grandes échelles pour monter sur le toit. Mais le bateau est à Joinville-le-Pont et les deux seules échelles de plus de 30 m des pompiers parisiens sont remisées à Versailles. Il faut plus d’une demi-heure pour acheminer la première et plus d’une heure pour la seconde. Quand la brigade est finalement en ordre de marche – avec 1h30/2h de retard ! -, le chef des pompiers de Paris annonce que le toit ne peut plus être sauvé. Même pas avec des Canadair réclamés par Donald Trump.

A 19h56, le monde entier – record d’audience absolu ! – suit en live comment la flèche en flammes s’effondre et transperce le toit de la cathédrale. L’ordre est donné aux pompiers de quitter la cathédrale et ses abords au plus vite et l’île de la Cité est évacuée, car le ministre de l’Intérieur annonce que la tour nord pourrait s’effondrer et entraîner toute la cathédrale dans sa chute. Ce n’est qu’à 21h qu’on commencera à déverser des grandes masses d’eau sur le toit. Des images qui ont fait le tour du monde – sans préciser que c’était 3h après le départ du feu.

Le ministre de l’intérieur invente des mégots

Petit son de cloche comme à la messe pour fermer les yeux et ouvrir benoîtement la bouche. Par pour une petite hostie, mais pour une grosse couleuvre que le gouvernement veut nous faire avaler. Dès le soir du drame, le ministre de l’intérieur lance une fausse info : la cause probable de l’incendie serait une « erreur humaine des ouvriers du chantier », ajoutant plus tard « qui auraient fumé des cigarettes ». C’est faux, et au moment de le dire, il le savait. Sur les images des caméras, on voit le dernier ouvrier quitter les lieux à 17h. Il porte une combinaison étanche avec un masque respiratoire (comme ses collègues). Impossible de fumer avec un masque respiratoire ! Mais ces masques font partie des éléments du dossier vite recouverts par une épaisse chape de plomb.

Aie, plomb : c’est justement le mot à ne surtout pas prononcer ! Nous avons tous vu ces fumées jaunes, où 250 tonnes de plomb se sont évaporées, chauffées par les 1300 poutres en chêne du toit. Les relevés de plomb du parvis de Notre-Dame sont passés en une nuit de 256 microgrammes à 1 300 000 (!!). Si avec 256 il faut déjà porter un masque respiratoire, que faire quand il y en a cinq mille fois de plus ? Évacuer Paris ? … Mieux ne vaut pas en parler du tout.

L’autre raison de ce « mensonge d’État » concerne la facture à payer : puisque l’État français est son propre assureur depuis 1889, il n’y a pas d’assurance incendie pour Notre-Dame. Mais les différentes compagnies qui y travaillent sont assurées d’office. Avec cette fable de mégots, l’État essaye de leur refiler la responsabilité du sinistre. Si des mégots étaient en cause, c’est une faute des ouvriers. Si des fils électriques sont la cause – ce qui paraît être le cas – la responsabilité tombe sur l’État et l’Église. On ne va quand même pas crier ceci sur tous les toits ? Et l’image de la France ? Il fallait vite trouver autre chose.

« Aujourd’hui, il est à craindre que les différentes enquêtes ne seront jamais publiées, la presse française restant d’une discrétion absolue sur ce sujet. »

C’est le président qui trouvera la formule magique. Devant la cathédrale en flammes Emmanuel Macron déclare que « nous allons la reconstruire en cinq ans (…) avec un geste contemporain pour la flèche ». Moins d’une heure après, la bataille des premières fortunes de France commence à coup de centaines de millions pour savoir qui donnera plus que l’autre. Le lendemain matin tous les journaux français font leur « Une » sur le drame avec le mot « Reconstruction ». Il n’est plus question que de donateurs, de la nouvelle flèche et des jeux olympiques de 2024. Un coup de communication de génie : en une seule phrase toute la question des causes de l’incendie passe à la trappe. Après plus personne n’ose en parler. Panurgisme médiatique.

Seule la Cour des Comptes publie un rapport en septembre 2020 pour dénoncer que le ministère de la Culture n’a toujours pas lancé d’enquête administrative sur les causes du drame ! Aujourd’hui, il est à craindre que les différentes enquêtes ne seront jamais publiées, la presse française restant d’une discrétion absolue sur ce sujet. Seules exceptions : Le Canard Enchaîné avec des enquêtes remarquables et un dossier spécial de 100 pages et le site La Tribune de l’Art, avec 56 articles sur ce sujet. Personne ne les cite, car il y a toujours un nouveau coup de com’ à annoncer autour de Notre-Dame. Le prochain sera la sortie le 13 avril 2022 d’un film de Jean-Jacques Annaud « Notre-Dame brûle ». Les rats du métro nous disent qu’ils ont bien envie d’ajouter en haut sur l’affiche le petit mot « pourquoi ?»

Waldemar Kamer pour Le Chiffon

Photo de Une > Notre-Dame de Paris un mois après l’incendie, vu depuis la terrasse de l’institut de monde arabe, Licence CC 2.0
Dessin n°1 > Le Narreux
Dessin n°2 > Le Narreux

13 réflexions sur “Incendie de Notre-Dame. Enquête sur un mensonge d’État

    • En effet, nous avons corrigé l’erreur. Merci.

      Répondre
  • Ouverte à la discussion, moi même scientifique (je suis docteur es sciences en physique nucléaire) , j’invite tout expert en chimie et/ou en pyrotechnie à commenter cette analyse

    En Février dernier la charpente a été traitée, (voir le reportage sur France 2) contre les insectes avec un gel.
    Elle ne l’avait jamais été en plus de 800 ans d’existence, Paris étant parmi les zones géographiques les moins infestées par les termites et autres insectes nuisibles en France.

    Il n’y avait donc aucune raison valable pour procéder à cette désinsectisation!

    Le 15 avril la charpente prend feu et brûle en faisant un bruit très important pour un feu de bois situé à cette hauteur. Ce bruit gêne les reporters les obligeant à s’éloigner pour faire leur travail. De surcroît, le feu augmente assez significativement au moment où les pompiers sont intervenus comme si l’eau activait les flammes!
    La charpente est en chêne or le chêne sec ne fait pas de flamme, il rougeoie d’où l’intérêt d’un tel bois pour les cheminées car c’est un feu qui dure très longtemps : une bûche de chêne peut tenir facilement un feu toute la nuit.
    Des vidéos de bonne foi (non truquées) (caméra Surveillance) montreront par la suite une personne sur le toit de la cathédrale s’activant avec du feu sous forme d’éclairs ou au moins de grosses lueurs très brèves et jaunes-orangées comme seront les flammes de la charpente ensuite, après le départ des ouvriers. Puis cette personne disparaît.
    L’entreprise, qui a désinsectisé a été bernée en répandant non pas un produit désinsectiseur mais un produit pyrotechnique qu’on lui a obligatoirement fourni car elle n’est pas en mesure de le produire sur le plan chimique. Le produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’aluminium métallique ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie.

    Depuis Février le produit sans doute associé à une colle a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis….
    Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2200 degrés grâce à la thermite, pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit. Le pot thermique c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu. En fait toute la charpente était un pot thermique avec cette fausse désinsectisation. Pour avoir montré aux vidéos des éclairs ou des flammes orangées-jaunes le pot thermique initial a été allumé classiquement avec une mèche de magnésium par la personne sur le toit, la toiture est en plomb donc aucun problème de perçage.

    Après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un 1er temps car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions. Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se craque au-dessus de 1100 degrés (elle se dissocie en se vaporisant pour les néophytes) libérant ainsi ses deux gaz : l’Hydrogène et l’Oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas. Ces deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’aluminium, augmentant la combustion!
    Ce qui explique pourquoi la charpente a flambé comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient affaire, et pour cause!

    Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est pour ça qu’il a été inventé!
    Lors d’un incendie, une couche de charbon se forme autour des poutres de grosse section comme celles utilisées pour assembler la charpente de Notre Dame.

    Cette couche isole le cœur de la poutre, ce qui lui permet de résister malgré les flammes, en d’autres termes, sans accélérateur de combustion, le feu se serrait éteint de lui même!

    Il s’agit donc d’un attentat grandiose, soigneusement calculé et qui ne peut être l’œuvre que d’esprits pervers de la pire espèce venant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire.

    Répondre
  • pourquoi alors qu’une alarme s’est déclenchée, par 2 fois me semble t’il, il n’a pas été jugé bon de faire des recherches plus approfondies ! c’est un non-sens.

    Répondre
  • il n’y a pas de mots pour qualifier une telle fumisterie engendrée par tous nos hauts fonctionnaires et dirigeants de ce pays.

    Répondre
  • Bonjour Monsieur, j’ai lu votre article très intéressant, pouvez vous aussi envoyez vos sources sur les différents rapports d’enquête consultés et le moyen d’y avoir accès ?

    Répondre
  • J’habite une maison dont la charpente a plus de 400ans et on ne peut pas y planter un couteau, alors si les experts des assureurs ont pu gober la thèse du mégot qui enflamme toute la charpente, pour moi ça reste complètement impossible.

    Comme pour tout le reste on n’aura jamais les résultats de ces enquêtes et c’est bien dommage pour nos gouvernants qui ne se rendent même pas compte que leur omerta entache indélébilement leur crédibilité !

    Répondre
  • Merci pour cette analyse édifiante et sans concession.
    Notre patrimoine et notre culture sont livrés à une destruction lente et sans retour orchestrée par une oligarchie financière qui s’est accaparée le pouvoir par
    Inadvertance et falsifie nos institutions de l’intérieur par la ruse et le mensonge

    Répondre
  • Il manque dans votre article :

    Le chantier de l’entreprise Aubriat qui a traité la charpente avec le produit imposee par Le Maire de Paris qui contenant de la thermite, confirmé par les flammes jaunes vif qui ont consumés en 3 heures toute la charpente.

    Faites brûler du bois de chêne de 2 ans dans votre cheminée et vous constaterez que ce bois ne s’enflamme pas facilement, alors un chêne de 800 ans qui se fossilise…

    Répondre
  • Merci pour l’info nous dormirons ce soir moins ignorant …. l’état des mensonges !!!

    Répondre
  • Les poutres de 800 ans ne peuvent brûler et n’avaient nul besoin d’être désinsectisées, car elles sont trop dures pour être attaquées par les insectes. Quel est le crétin, ou plutôt l’ordure, qui a demandé la désinsectisation? Obligatoirement quelqu’un de très haut placé. Il a suffi ensuite de remplacer le liquide anti-insectes par un produit pyrotechnique portant en cas d’incendie la température à des degrés pharamineux. En son temps, ceci a été la version des compagnons du devoir. Le macron n’a pas fait d’enquête.

    Répondre
  • Il faut arrêter de nous trimbaler, c’est tellement évident qu’il s’agit d’un attentat sur l’un des grands symboles de la France …
    un certain nombre important d’autres églises ont subit la même chose (regardez sur google ) les médias ne diffusent pas !!!
    pourquoi ? pour éviter des représailles sur d’autres lieux d’une autre religion agressive … bref un engrenage grave sur tout le pays !
    Il serait temps de faire le nécessaire avec des actions sévères et efficaces !!!
    Mais voilà nous ne connaissons pas les conséquences qui sont bien gardées avec raison sans doute ?

    Répondre
  • J’ai honte de mon pays et au premier chef de ses gouvernants ! Comme par hasard un simple mégot aurait ce jour là mis le feu aux poutres vieilles, paraît il, de plusieurs siècles ! Pendant toutes ces années nous pouvons imaginer le nombre de mégots qui ont dû y être déposés …. mais pas une étincelle ??? Honte à vous Monsieur le Président de la République ! Mais vous avez bien raison puisque les Français  » gobent  » toutes vos paroles …profitez-en !J’espère que vous aurez un jour à rendre des comptes… non trafiqué, enfin !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.